Interview métier : Scénographe

Interview de L’Eléphant Ose à Charlène  « Sur le devant de la scène »    


Charlène participe à l’animation des ateliers avec nos jeunes des quartiers prioritaires, sur le projet Émama-Billardise. Nous lui avons posé quelques questions…Découvrez son portrait et son parcours !

Pour soutenir le projet émama-Billardise, rendez-vous sur : http://bit.ly/billardise


Q : Pourquoi as-tu participé au projet « émama-Billardise » ?

R : J’ai participé au projet émama-Billardise parce que cela rejoignait mon envie de partager mon métier avec un jeune public, et de leur montrer que le métier de scénographe/décorateur/constructeur peut leur être accessible.

ndlr : Dans ses ateliers L’Eléphant Ose fait découvrir aux jeunes des métiers accessibles avec et sans le Baccalauréat, et s’attache à montrer aux jeunes qu’il n’y a pas une seule voie pour arriver à un métier.

Q : Qu’est-ce qui t’a donné envie d’intervenir ?

R : L’envie de transmettre mon métier, qui est aussi une passion, d’avoir aussi un 1er contact avec ce public là.

Q : Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir scénographe ?

R : J’ai toujours voulu concevoir des décors, et je pense que le fait d’avoir grandi auprès d’une cie de théâtre qui créait ses propres décors pour la rue m’a fait rêver à cela.

Q : Où, et avec qui, as-tu appris la scénographie ?

R : J’ai appris auprès du groupe de scénographes Lucie-Lom chez qui j’ai fais un stage quand j’étais en 2ème année à l’école des Beaux Arts. Je me suis formée sur le tas, par le biais de l’Ecole qui m’apportait connaissances et références sur le monde artistique, avec aussi les rencontres faites sur des projets de travail, et par le biais de stage ou formations que je fais de temps en temps pour m’apporter de nouvelles connaissances.

Q : Qu’est-ce qui est le plus facile / difficile dans le métier de scénographe ?

R : Le plus difficile est sûrement de conjuguer ambitions artistiques à la réalité des budgets et du fonctionnement de la culture.

Q : Qu’est-ce qui te plaît dans le travail avec les collégiens ?

R : Ils ont déjà une vision de la vie et de la vie professionnelle qui peut paraître très tranchée mais qui est en réalité floue. Je trouve ça intéressant d’intervenir auprès d’eux à un moment où on leur demande de commencer à réfléchir plus sérieusement à leur chemin professionnel en leur montrant que pleins de métiers leur sont possibles et surtout que rien n’est figé dans une vie professionnelle.

Q : As-tu eu d’autres expériences en atelier avec des collégiens ?

R : Oui, j’ai accompagné un groupe de 4è l’an dernier à la construction de plusieurs décors pour – un projet de spectacle itinérant à vélo : Artiste à vélo.

Il reste quelques jours pour soutenir le projet !
Rendez-vous sur : http://bit.ly/billardise

Merci à Charlène !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *