Interview métier : Menuisières

Gwenaëlle et Maxime sont menuisières chez Extramuros, une chouette association partenaire de L’Eléphant Ose. Elles participent à l’animation des ateliers avec nos jeunes des quartiers prioritaires, en particulier sur le projet émama-Billardise. Nous leurs avons posé quelques questions…Découvrez leurs portraits et leurs parcours !

Pour soutenir le projet émama-Billardise, rendez-vous sur : http://bit.ly/billardise

Q : Pourquoi as-tu participé au projet « émama- Billardise » ?

R : Notre association, Extramuros, s’inscrit dans une démarche de sensibilisation au réemploi et au cycle du bois auprès de tous publics.

Q : Qu’est-ce qui t’a donné envie d’intervenir ?

R : Nous aimons donner l’opportunité aux enfants d’utiliser des matériaux de réemploi pour créer ensemble des objets collectifs. Ils utilisent les outils, mettent en application leurs connaissances en géométrie en s’initiant à la menuiserie de manière ludique.

Ndlr : Dans le cadre du projet émama-billardise, L’Eléphant Ose et Extramuros ont mis l’accent sur le calcul et le traçage des angles en atelier de menuiserie. En classe, le professeur de mathématiques s’est appuyé sur ces travaux pratiques pour renforcer ces notions de géométrie.

Q : Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir menuisière ?

R : C’est un métier qui permet de laisser libre court à sa créativité tout en fabriquant des choses très concrètes. C’est un apprentissage et un partage constant. La revalorisation du bois a également un aspect très réconfortant, on évite un énorme gâchis et les différents matériaux sont une source d’inspiration.

Q : Où, et avec qui, as-tu appris la menuiserie ?

Réponse de Maxime : J’ai suivi une formation en lycée professionnel puis en apprentissage. J’ai travaillé plusieurs années dans la restauration de mobilier, le décor et la muséographie.

Réponse de Gwénaëlle : J’ai fait des études en design d’espace et en maquette, suivies d’un service civique à l’association Extramuros.

L’apprentissage de la menuiserie se fait en grande partie sur le tas, en pratiquant, au fur et à mesure des expériences et des contraintes de chaque projet.

Q : Qu’est-ce qui est le plus facile / difficile dans le métier de menuisière ?

R : Chaque étape d’un projet demande au moins de la patience ou de la rigueur.
C’est un métier relativement physique mais il y a toujours des tâches simples à effectuer. Le fait d’être menuisière demande parfois de savoir s’affirmer auprès de certaines personnes !

Ndlr : Des qualités que nos collégiens ont bien repérées et soulignées pendant les ateliers debriefing sur ce métier.

Q : Qu’est-ce qui te plaît dans le travail avec les collégien·ne·s ?

R : Ils sont toujours très curieux·ses et motivé·e·s. Comme ils sont encore en plein apprentissage, ils n’ont pas peur de tester des choses, d’utiliser et de découvrir des machines.

Q : As-tu eu d’autres expériences en atelier avec des collégien·ne·s ?

R : Nous faisons régulièrement de ateliers avec des enfants d’école primaire surtout, pour construire des jeux en bois et autres petits objets.

ndlr : Ces ateliers destinés aux collégiens du projet émama-billardise ont été spécialement co-conçus entre les associations Extramuros et L’Eléphant Ose. Nous continuons aussi de travailler ensemble sur les ateliers en primaire.

PORTRAITS CHINOIS :

ElephantOse_InterviewGwénaëlle

ElephantOse_InterviewMaxime

Il reste quelques jours pour soutenir le projet !
Rendez-vous sur : http://bit.ly/billardise

Merci à Gwenaëlle et Maxime de s’être prêtée au jeu et merci à Extra-Muros pour ce beau partenariat ! Découvrez leur action ici : https://www.extramuros.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *